· 

La relation au maître, instructeur, dans l'école Theravàda (La tradition des anciens)

Les écoles bouddhiques du Mahâyâna, qu'elles relèvent du Zen japonais ou des écoles tibétaines, sont connues pour accorder une importance toute particulière à la relation qui s'établit entre un maître et son disciple, notamment dans l'apprentissage de la méditation. En revanche, on ignore souvent les caractéristiques du Theravâda dans ce domaine.

 

Ci après, des extraits de textes qui éclaireront ce sujet.

 

1) Un « ami-du-bien », le maître-instructeur selon Buddhaghosa

extrait du Visuddhimagga (« le Chemin de la Pureté »)

2) « Soyez votre propre lumière » Jack Kornfield, extrait de « Dharma vivant » 

3) Le Dhamma pour seul maître

1- Un « ami-du-bien », le maître-instructeur,  selon Buddhaghosa

Dans son oeuvre maîtresse, le « Visuddhi- magga », le commentateur theravâdîn du Ve siècle Buddhaghosa évoque en détail comment un méditant doit s'engager dans l'apprentissage d'une pratique.

Après avoir développé la discipline et s'y être affermi, il faut surmonter les « dix empêchements » (dix situations, physiques et mentales, qui ne favorisent pas une bonne pratique) et rechercher un « ami-du-bien » qu'on sollicitera comme instructeur.

 

Ce dernier doit posséder les qualités suivantes :

« Il est aimable, respectable, estimable, parle et accepte le dialogue, son discours est profond et il n'incite pas sans raison (ou à contre-temps) ». L'Ami-du-bien par excellence n'est autre que le Bouddha lui-même. Mais, depuis sa Disparition complète (paranirvâna), il faut s'en remettre à l'un de ses disciples successifs. Idéalement, on cherchera un disciple ayant réalisé l'Eveil, l'état d'arhat.

 

En l'absence d'un tel instructeur, on pourra s'adresser à n'importe quel « homme ordinaire », à condition qu'il s'agisse d'une « personne humble,familière d'un recueil et de son commentaire, car un tel instructeur maintient la lignée, protège la tradition, garde la coutume, suit la pensée des instructeurs et non la sienne ».

 

Ces instructeurs « ordinaires », de plus, doivent n'enseigner « que le chemin qu'ils ont eux-mêmes parcouru.

Mais un érudit qui a fréquenté plusieurs instructeurs, clarifié ce qu'il a appris et ce qu'on lui a répondu, enseigne la pratique et ce qui la favorise, en examinant les sutta et en indiquant les raisons. Il fraye un large chemin à la manière d'un grand éléphant.

 

Il faut apprendre la pratique auprès d'un ami-du-bien de cette espèce et lui rendre les hommages petits et grands. 

Quand un méditant s'en remet à un instructeur à qui il a demandé l'apprentissage d'une pratique particulière « en montrant une parfaite aspiration et une totale résolution », « il doit dire : « Je vous abandonne ma vie, Seigneur. » S'il ne le faisait pas, il serait ingouvernable.

 

L'instructeur ne pourrait pas lui parler et l'instruire facilement, il ne prendrait pas la responsabilité matérielle ni spirituelle d'un élève qui irait comme il veut, où il veut, sans rien demander, et il ne lui proposerait pas d'étudier les textes profonds.

 

Or le méditant qui ne bénéficie pas de cette double prise en charge ne peut pas s'affermir dans l'enseignement, et il ne lui faut pas longtemps pour tomber dans l'indiscipline et retourner à la vie laïque [ordinaire].

Mais l'élève qui s'abandonne mérite d'être guidé, car il ne suit pas son seul désir. Il accepte facilement qu'on lui parle et reste à la disposition de son instructeur. Celui-ci le prendra donc en charge matériellement et spirituellement, et le méditant se développera, prospérera et s'épanouira dans l'enseignement. [...]

 

L'instructeur capable de connaître l'esprit d'autrui observera l'attitude mentale de l'élève qui lui demande une pratique avec une parfaite aspiration et une totale résolution, afin de déterminer son tempérament.

Un autre instructeur [qui n'est pas capable de connaître l'esprit d'autrui] posera des questions : « De quel tempérament es-tu ? Quels défauts et quelles qualités se manifestent le plus souvent chez toi ? Qu'aimes-tu considérer ? Vers quelle pratique incline ton esprit, etc. ? » Puis il lui enseignera une pratique correspondant à son tempérament.

 

Il l'instruira de trois façons.Si l'élève apprend facilement la pratique, il lui fera réciter une ou deux fois le texte par coeur. Mais il instruira à chaque visite celui qui réside sur place [là où demeure l'instructeur]. Et il instruira de façon ni trop brève ni trop détaillée l'élève qui veut apprendre la pratique avant de s'installer ailleurs.

 

Quand on lui explique une pratique, le [méditant] doit écouter et apprendre les caractéristiques, c'est-à-dire s'assurer que tel point vient avant tel autre, que telle chose constitue le sens, telle autre l'intention, et telle autre encore une comparaison.

 

Le [méditant] apprend bien la pratique s'il saisit ces caractéristiques en écoutant avec attention. Ce n'est que sur de telles bases qu'il pourra atteindre des états excellents. »

 

2- Soyez votre propre lumière

L'américain Jack Kornfield, célèbre instructeur contemporain, a vécu de nombreuses années en Asie du sud-est, auprès de plusieurs enseignants réputés.

 

Dans son ouvrage « Dharma vivant », il présente dix maîtres de méditation theravâdîn du XXe siècle, thaïs et birmans, qu'il a lui-même connus ou dont on lui a transmis les instructions. Il précise, dans un chapitre introductif, les relations qu'entretiennent aujourd'hui, dans le Theravâda, ces maîtres et leurs disciples, en établissant une distinction entre deux types de lieux : les « centres de méditation », essentiellement conçus pour les retraites intensives, aussi bien pour les moines que pour les laïcs, et les « monastères de méditation », réservés à de longs séjours de pratique, où il convient de prendre les voeux de moines ou de nonnes [les voeux monastiques, dans le bouddhisme, peuvent toujours être pris de façon temporaire].

 

Dans les centres intensifs, l'entrevue [avec l'instructeur] a lieu tous les deux jours, tous les jours ou même encore plus souvent. Le maître se charge de donner des conseils au méditant en fonction de ce que celui-ci lui dit de sa pratique. C'est là un aspect important de la pratique intensive. En revanche, dans les monastères et les communautés d'étude du Dharma, les entrevues sont plus rares mais les maîtres sont disponibles pour répondre aux questions.

L'enseignement est plutôt délivré sous forme de leçons s'adressant à l'ensemble du groupe, et, la pratique étant moins intensive, il semble que les entrevues en tête-à-tête soient moins indispensables. On considère du reste, dans certains monastères, qu'il est plus important que les méditants puissent répondre eux-mêmes à leurs propres questions et gérer leurs propres doutes afin d'observer le processus de la question et du doute dans leur esprit. Ils sont ainsi réorientés sur leur propre expérience et apprennent à résoudre leurs problèmes dans le cadre de leur pratique, sans s'attacher à une entrevue quotidienne et aux conseils de leur maître.

 

Les deux approches sont valables. Tout dépend du point de départ et du point où l'on est arrivé. [...]

Déjà, du temps du Bouddha, il existait de nombreuses techniques de méditation et approches du développement spirituel. Et, parmi ses disciples, ceux qui se sentaient davantage attirés par une technique enseignaient ceux qui eux-mêmes avaient davantage envie de l'adopter. 

 

Nous voyons bien qu'il n'y a pas de pratique préférable aux autres, mais bien une qui paraît plus naturelle à chacun, mieux adaptée à ses besoins, et qui lui apportera plus rapidement l'équilibre et l'harmonie qui sont les fruits du développement spirituel. [...]

 

Si vous rencontrez un maître et qu'intuitivement, immédiatement, vous sentez que vous aimeriez bénéficier de son enseignement, que vous vous sentez fortement attaché à lui, cette méthode sera la bonne pour vous. [...]

Vous devez également savoir si vous préférez pratiquer sous la direction d'un maître qui vous impose une discipline stricte ou si cet aspect n'est pas d'une grande importance pour vous. »

 

Le maître peut faire appel à diverses méthodes et prescrit souvent un exercice de méditation particulier afin de résoudre une difficulté éprouvée par l'un de ses disciples : Le rôle du maître consiste à équilibrer la pratique de son disciple [et aussi] à nous faire remarquer nos derniers attachements.

 

Au fur et à mesure que nous progressons et que notre esprit devient plus subtil, les attachements quittent la forme extérieure des désirs grossiers des sens pour prendre une forme plus raffinée, par exemple l'attachement à certains états de bonheur, à la lumière ou à la paix qui découlent de la méditation. Tout cela, lorsque nous verrons notre maître, apparaîtra clairement. Il verra que nous sommes bloqués, à quoi nous sommes attachés, et nous aidera à nous détacher, à nous laisser prendre par le processus global de détachement qui mène à la libération.

Dans tous les cas, cependant, c'est le méditant lui-même qui réalise le travail.

Le maître ne fait que l'aider à rester sur la bonne voie et à rétablir l'équilibre. [...]

Utilisez l'un de ces outils ou tous, mais ne vous laissez pas aller à prendre l'outil ou le maître pour la vérité du Bouddha.

 

Pratiquez avec zèle et abandonnez tous vos liens, et n'essayez rien d'autre que d'atteindre la liberté par vous-même.

Au fur et à mesure que vous progresserez, c'est votre pratique qui vous tiendra lieu de référence. 

Avant de mourir, le Bouddha a demandé à ses disciples de suivre le Dharma, et non tel ou tel maître ou secte.                 Il ne plaça personne au-dessus de la communauté des moines et des nonnes.

Le Dharma seul devait leur servir de guide.[...]

C'est par la pratique que nous parvenons à la vérité du Dharma.

Le Bouddha a encouragé les hommes de ces mots : "Soyez votre propre lumière". C'est de cette pratique que viendra la libération.

 

 

3- Le Dhamma pour seul maître

(..) une différence entre les bouddhistes de la tradition théravada et ceux des autres traditions est que les premiers ont été invités dès le commencement à traiter la Doctrine (dhamma) comme leur guide. 

À ce propos, le conseil du Bouddha dans le Maha parinibbāna-sutta a une valeur significative. Quelques minutes avant son dernier souffle, le Bouddha dit à l’ Ayas­manta Ānanda :

« (...) Il est possible que cette idée vienne en vous : 

"La parole du maître est une chose du passé. Nous n’avons plus de maître." 

Ô Ānanda, cela ne doit pas être vu ainsi. Il y a une doctrine enseignée et une discipline établie. Après mon départ, cette Doctrine et cette Discipline deviennent votre maître »

À ce propos, nous pouvons également citer le sermon intitulé Maha padesa-sutta dans lequel il est déconseillé d’accepter la parole d’un bhikkhu même très savant et vertueux sans juxtaposer son explication aux sermons et à la Discipline.

 

Nous lisons dans ce texte :

« Supposons qu’un bhikkhu déclare :

"C’est en face du Bienheureux, ô frère, que je l’ai entendu. C’est en face de lui que je l’ai appris : c’est cela la Doctrine, c’est cela la Discipline, c’est cela l’enseignement du maître."

Or, les paroles de ce bhikkhu ne doivent être ni accueillies ni rejetées. Sans les accueillir, sans les rejeter, mais en ayant étudié soigneu­sement les syllabes et les mots de ces paroles, il faut les confronter aux Sermons (sutta), il faut les comparer à la Dis­cipline.

 

Ainsi, après les avoir confrontées aux Sermons et après les avoir comparées à la Discipline, si elles s’avèrent ne pas être en conformité avec les sermons ni en accord avec la Discipline, vous devez arriver à cette conclusion : "Ce n’est sûrement pas l’enseignement du Bienheureux qui est l’Arahant, parfaitement éveillé. Son enseignement a été sûrement mal compris par ce bhikkhu." [En concluant ainsi] vous devez rejeter les paroles de ce bhikkhu.


« [...] Supposons qu’un bhikkhu déclare : "Dans telle ou telle résidence monastique se trouve un bhikkhu solitaire qui a beaucoup appris, à qui la tradition a été transmise, qui est bien versé dans la Doctrine, qui est bien versé dans la Disci pline, qui est bien versé dans les Sommaires. C’est en face de lui, ô frère, que je l’ai entendu. C’est en face de lui que je l’ai appris : c’est cela la Doctrine, c’est cela la Discipline, c’est cela l’Enseignement du maître." Or, les paroles de ce bhikkhu ne doivent être ni accueillies ni rejetées. Sans les accueillir, sans les rejeter, mais en ayant étudié soigneusement les syllabes et les mots de ces paroles, il faut les confronter aux sermons (sutta), il faut les comparer à la Discipline. Ainsi, après les avoir confrontées aux sermons et après les avoir comparées à la Discipline, si elles s’avèrent ne pas être en conformité avec les Sermons ni en accord avec la Discipline, vous devez arriver à cette conclusion : "Ce n’est sûrement pas l’Enseignement du Bienheureux qui est l’ Arahant, parfaitement éveillé. Son Enseignement a été sûrement mal compris par ce bhikkhu." [En concluant ainsi] vous devez rejeter les paroles de ce bhikkhu. (...) »